13 septembre 2018 : Apéro avec Valérie Mayer-Blimont

Couverture twitter VMB

 

 

Réponses de Valérie Mayer-Blimont aux 2 questions de Femmes en Mouvement :

 

Quels sont les enjeux de la mobilité et des transports aujourd’hui ?

Selon moi, la mobilité et les transports comportent deux enjeux principaux.

D’abord, il y a une nécessité majeure de décarbonisation, en relation avec la transition écologique. Mon expérience d’élue me permet d’affirmer que cela ne peut être mis en place qu’à l’échelle de chaque territoire et non au niveau national : c’est là que réside la difficulté de cet enjeu.

Cela renvoi à un domaine transverse selon moi, à savoir le degré d’acceptabilité des politiques de la mobilité. Il s’agit de faire que la mobilité proposée aux citoyens soit choisie et non subie. En France, nous nous sommes appropriés l’idée de la mobilité comme une liberté, une mobilité sans contrainte (même si cela n’arrive jamais dans la vraie vie). Ainsi, les politiques contraignantes comme les taxes d’usage nécessitent un travail d’acceptabilité en amont, débutant d’abord par une phase de test.

 

Quelle est votre vision de la mobilité à l’horizon + 5 ans ?

Si j’étais optimiste, je dirais que la crise sanitaire nous a prouvé que la diminution drastique des déplacements constituait une réelle avancée en matière d’écologie, même si cela n’est pas le cas sur le plan économique. Il s’agit donc d’une équation complexe.

Dans cinq ans, la mobilité sera différente en fonction des territoires, selon que l’on se situe en zone rurale ou urbaine. Cette dynamique fait appel aux questions d’aménagement du territoire, surtout considérant la crise économique post-Covid qui se profile. Sachant que tout le monde n’est pas en mesure de faire du télétravail, d’accéder à un espace de coworking ou à un emploi à moins de cinq kilomètres de chez soi, ces questions d’aménagement du territoire seront forcément d’actualité dans les années à venir.

Cela entraînera également une augmentation du nombre de déplacements, certainement comblés par l’usage des transports publics. Ainsi, l’enjeu de l’équité territoriale est majeur : nous devons pouvoir nous déplacer partout. C’est pour cette raison que je milite pour une réduction des transports carbonés et une hausse de l’offre de transports publics afin d’inciter davantage les usagers à s’approprier l’espace public, que cela soit à vélo, à pied ou en transports. Tout cela s’inscrit dans la logique de la ville du quart d’heure, très chère à l’urbaniste Carlos Moreno.

Ma vision n’est, certes, pas des plus positives mais je crois qu’une démarche pédagogique doit être instaurée malgré les réalités tant écologiques qu’économiques qui imposent un certain pragmatisme. Il s’agit de lier ces deux réalités parfois opposées et les appliquer grâce à des mesures propres à chaque territoire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close