11 Octobre 2018 : Apéro avec Karima Delli

Copie de Couverture twitter

 

Les réponses de Karima Delli aux 5 questions de Femmes en Mouvement :

Quels sont les enjeux de la mobilité et des transports aujourd’hui ?

Les enjeux de la mobilité et des transports aujourd’hui sont multiples et s’articulent autour d’un changement de modèle, plus durable. Il s’agit d’allier l’énergétique avec une mobilité plus sûre, plus connectée et plus inclusive (pour éviter que des personnes en situation de handicap, vivant dans des zones non desservies ou n’ayant pas les moyens de payer leurs déplacements n’aient pas accès à la mobilité). La mobilité sera aussi partagée et innovante. Nous assisterons au glissement d’usage de la voiture, un mode de transport individuel qui deviendra un lieu de partage autour du covoiturage, posant ainsi la question de la gestion des données.

Il faut noter que ces objectifs peuvent être atteints car les solutions sont d’ores et déjà identifiées. La principale consiste à investir dans la mobilité douce (c’est-à-dire moins polluante) comme le train de nuit pour les trajets compris entre 600 et 800 km ou le fret ferroviaire, moins polluant que les transports routiers. Le vélo, mis sur le devant de la scène pendant le confinement, tiendra également une place importante dans les évolutions à venir. Sachant que 50 % des trajets en voiture concernent des distances inférieures à 5 km, le vélo tend à devenir un moyen de transport enfin reconnu et répandu.

En d’autres termes, l’un des enjeux principaux réside dans l’investissement dans des modèles de transport et de mobilité qui ne dépendront plus uniquement des énergies fossiles. Il s’agit d’un impératif social important car cela demande un plan de transformation des transports, notamment de l’industrie automobile : les salariés de ce secteur devront constituer les cibles prioritaires de ces changements, pas en être les principales victimes comme cela est actuellement le cas.

Quelle est votre vision de la mobilité à l’horizon + 5 ans ?

Dans les cinq prochaines années, deux mesures permettront d’améliorer l’expérience de la mobilité.

Le développement de l’inter mobilité entre les transports publics et la mobilité douce (entre le train et le vélo par exemple) représentera une avancée considérable vers la réalisation des enjeux précédemment exposés, à savoir une mobilité plus sûre, plus connectée et plus inclusive.

La diminution du nombre de voitures dans les villes est une autre mesure allant dans ce sens. S’il est dangereux en termes d’énergie et de pouvoir d’achat de passer du tout voiture au tout électrique de manière radicale, l’objectif est de réduire le nombre de voitures pour redistribuer l’espace en ville. Cela permettra de favoriser la marche, le vélo mais aussi l’installation de nouvelles infrastructures comme le tramway. Dans la continuité de la première mesure exposée, la réduction du nombre de voitures appelle donc au développement des transports en commun, principalement dans les intersections entre les villes et les campagnes. L’une des solutions serait alors de rouvrir les petites lignes de train supprimées à tort ainsi que d’annuler les vols intérieurs pouvant aisément être remplacés par le train.

La mixité est-elle un enjeu au sein de votre organisation ? Et si oui, à quels niveaux ?

La mixité est un enjeu très important, et ce pour plusieurs raisons.

D’abord, faire le constat que seuls 22 % des femmes travaillent dans le secteur des transports en Europe alors qu’elles représentent 46 % du marché du travail global ne peut qu’inciter à agir en faveur de la mixité et de la parité afin de faire une plus grande place aux femmes.

De plus, la part des femmes occupant des postes de décision diminue et s’établit autour de 10 à 15 %. Les hommes pensent donc la problématique des transports à partir de leur expérience, sans prendre en compte le fait que les femmes sont soumises à des contraintes et des risquent différents, en plus d’effectuer des déplacements que ne font pas les hommes pour faire les courses ou amener les enfants à l’école. Considérant la statistique produite par le Secrétariat d’Etat chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations selon laquelle 100 % des femmes ont déjà été harcelées dans les transports en commun, nous comprenons que la liberté des femmes est contrainte par leur sécurité. Faire une plus grande place aux femmes dans les postes de décisions dans le secteur des transports permettra d’améliorer l’expérience de la mobilité pour tou.te.s, l’inverse n’étant pas vérifié.

Un de nos engagements est de promouvoir une mobilité inclusive. Avez-vous en tête des mesures ou des politiques publiques inspirantes ?

Tout d’abord, j’aimerais souligner qu’afin de rendre effective la mobilité inclusive et lutter contre la violence, un changement de société est nécessaire. Cela passe des actions déjà identifiées qu’il s’agit de mettre en pratique systématiquement et à grande échelle : la prévention pour sensibiliser la société à la violence et au harcèlement, la protection des victimes, la punition des agresseurs, la formation du personnel… La récente campagne contre le harcèlement était un bon exemple de mesure à appliquer, même si elle aurait été plus efficace si elle avait été déployée et diffusée à l’échelle nationale.

Il existe également des mesures plus directes comme encourager les passagers témoins d’une agression à intervenir, l’installation de bornes d’urgence dans les gares et sur les quais, le déploiement de brigades sur les réseaux ferrés pour protéger les femmes, mais aussi et une meilleure intégration de l’expérience des femmes dans les transports au sein des politiques publiques. En effet, une femme qui prend les transports avec une poussette n’a pas les mêmes besoins d’infrastructures qu’un homme seul.

Être une femme dans le secteur des transports : un atout ? Une barrière ? Quelle est votre expérience ?

Je suis la première femme Présidente de la Commission Transports et Tourisme dans l’histoire du Parlement européen. S’il m’est arrivé de recevoir des remarques sexistes par des collègues ou des dirigeants influents dans le secteur des transports, mon message est fort : Osez, Osez, Osez ! N’ayez pas peur de croire que les remarques sont justifiées et soulignent votre incompétence car sans mobilité, rien n’est possible et nous avons besoin des femmes dans ce secteur.

Il est temps de montrer que les femmes ont les mêmes capacités que les hommes, et font parfois davantage preuve de bon sens grâce à une vision précise des objectifs à moyen et long termes, qui fait souvent défaut chez les hommes.

Ne laissez jamais passer des remarques sexistes et affirmez-vous. A titre d’exemple, je ne laisse aucun de mes collègues m’appeler par mon prénom dans une démarche de rabaissement et de paternalisme : on m’appelle Madame la Présidente.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close