Opération Vélodacieuse à Paris #1

Hier soir avec deux autres vélo-taffeuses de Femmes en mouvement, nous avons mené une opération #Vélodacieuse ! Ça valait bien un article, notamment pour celles/ceux qui voudraient essayer dans leur ville.

Qu’est-ce que c’est une opération Vélodacieuse ? 

Le principe est d’amener un.e candidat.e (ou un.e de ses représentant.e.s) aux élections municipales de sa ville faire un trajet classique à vélo, de type domicile – travail, aux heures de pointe, c’est-à-dire en conditions réelles, vraiment réelles. Cela permet de montrer ce qui marche bien et moins bien, les aménagements qu’on apprécie, ceux qu’on ne comprend pas et surtout d’expliquer nos ressentis, ceux de femmes, plus ou moins jeunes, à vélo, dans l’espace public. Parce qu’une pratique de mobilité qui n’est pas agréable, qui n’est pas faite dans la sérénité et qui n’est pas inclusive n’a pas beaucoup de chances d’essaimer. Et parce qu’il n’y a pas plus parlant que le terrain pour évaluer et projeter une politique publique.

L’opération Vélodacieuse du 24 février

Le 24 février, c’est Christophe Najdovski qui s’est prêté au jeu. Il est maire-adjoint de Paris aux transports et espace public et soutien/représente Anne Hidalgo dans le cadre de sa campagne.

Nous (3 femmes trentenaires habituées du vélotaff à Paris) lui avions concocté un programme bien sympathique dont les caractéristiques principales étaient les suivantes :

  • Un trajet d’environ 7 km (le vélo étant particulièrement approprié sur des trajets entre 3 et 10 km),
  • Effectué entre 19h et 20h (sorties de bureau + il fait nuit),
  • Dans des arrondissements qui peuvent paraitre délaissés concernant leurs aménagements cyclables : le 20e et le 19e (loin des fantastiques quais de Seine ou des pistes de la rue de Rivoli),
  • Comprenant des grandes avenues et des petites rues plus ou moins bien sécurisées (à la fois en termes d’infrastructures cyclables mais aussi de perceptions par exemple à cause de l’éclairage),
  • Avec beaucoup de montées et de descentes,
  • Et une voirie dans tous ses états (nids de poule, pavés, travaux, revêtement tout neuf…).
la carte du trajet
Le parcours réalisé

Ce trajet contenait aussi un panel de « cas typiques » comme par exemple des crèches sans possibilité de stationnement sécurisé vélo pour déposer son enfant ou des espaces culturels (théâtres, cinéma) ne contenant pas assez d’infrastructures pour faire face à la demande vélo (pour avoir plus de détails, cf. la fin de l’article).

Ce que nous retenons de cette opération Vélodacieuse

  1. Continuer l’aménagement cyclable des grands axes parait une évidence d’autant que la place pour tous les usages existe et que la prédominance de la voiture sur ces lignes majeures, connectant les nœuds urbains entre eux, n’est plus cohérente (l’a-t-elle jamais été ?)
  2. Une notion intéressante ressort : celle d’itinéraire vélo serein, comme les « itinéraires bis » des routes de vacances. L’idée est d’identifier les petites rues à moindre trafic motorisé (souvent à sens unique) avec des trajectoires presque linéaires permettant un parcours facile et beaucoup plus serein que les grands axes tout en reliant des centres d’intérêt (cf. exemple ci-dessous de la rue de la Chine / Pixérécourt entre Gambetta et Place des Fêtes). Et de les aménager (y compris en signalétique) pour en faire des itinéraires « promenades » où l’on se sent bien avec ses enfants, sa grand-mère, pour rentrer le soir, pour faire visiter Paris ou pour aller au travail dans un environnement moins stressant. Si l’on revient toujours à la notion « d’expérience », c’est qu’elle est fondamentale.
  3. La question du genre est importante : se poser la question de comment une femme se sent à vélo dans la ville permet de comprendre pourquoi elles ne sont pas plus à utiliser ce moyen de locomotion. La question de l’origine (sociale, ethnique) et de son impact sur la vision qu’a un individu des déplacements à vélo l’est aussi, notamment dans les quartiers que nous avons traversés. Je vous renvoie sur ce point à l’étude faite par le C40 à San Francisco pour continuer la réflexion.
  4. Rouler à 4 permet déjà d’avoir un effet de masse : nous avons été moins klaxonnés qu’en temps normal alors qu’on prenait bien plus de place ! Pas si paradoxal que ça.

Un grand merci à Christophe Najdovski d’avoir « vélodacieusé » avec nous et d’avoir été à l’écoute ; un immense bravo à mes comparses Marion Apaire et Lucile Ramackers pour cette belle opération.

#GirlsOnWheels

Et si vous voulez aller plus loin…

… Voici la visite point par point avec les commentaires « comme si vous y étiez » (à relier à la carte ci-dessus) :

1. De République à Père Lachaise

Départ de la place de la République, toujours aussi animée et bien plus « vélo friendly » depuis le réaménagement de la place (👍) pour commencer par le faux plat de l’Avenue de la République. Cette très large avenue est le palais de la voiture : stationnement des 2 côtés, entre 3 et 4 voix de circulation, une station-service sur le chemin et une vitesse importante des motorisés sur cette ligne droite (ponctuée ce soir par un beau refus de priorité d’un VTC). Le vélo est par contre le grand oublié : pas de piste ni même de bande cyclable, peu de sas vélo, des passages autorisés au feu oubliés, pratiquement aucun arceau vélo pour se garer, une luminosité moyenne sur les bords… pourtant il y a de la place ! Résultat : une expérience pas du tout agréable, avec des motorisés qui vous frôlent. Dommage pour cet axe majeur entre le 20e / 11e arrondissements et République (c’est-à-dire permettant d’accéder au centre de Paris) (👎)

2. La montée du Père Lachaise via l’avenue Gambetta

Une fine bande cyclable permet de s’engager dans cette montée un peu costaude… mais le trafic important (parcours pour relier la Porte de Bagnolet) + les bus s’arrêtant sur la bande cyclable (arrêt oblige) + la largeur plus faible de l’avenue réduisant l’espace disponible pour doubler + l’accélération pétaradante des scooters dans la montée (souvent directement sur la bande pour pouvoir doubler les voitures) donnent un cocktail très anxiogène et particulièrement désagréable pendant l’effort (je ne parle pas ici de l’impact sur les poumons). La descente dans l’autre sens n’est pas beaucoup plus réjouissante car elle n’a pas de bande cyclable et les voitures peuvent stationner (gare aux ouverture de portières avec la vitesse) (👎)

3. Martin Nadaud / Place Gambetta

Une fois en haut, on est tout de même bien : le revêtement tout neuf est agréable ; la place Martin Nadaud piétonnisée aussi (👍). Par contre, quel dommage d’avoir refait la voirie sans y inclure la moindre infrastructure cyclable (même pas une bande cyclable) et seulement 4 arceaux vélos qui dégueulent à la moindre représentation du théâtre de la Colline (👎). Arrivée Place Gambetta, une bande cyclable bien séparée des voitures et piétons permet de faire le tour (👍) mais les cadencements des feux en faveur des voitures incitent plutôt à rester dans le flux motorisé ; les piétons ont le même problème et il ne faut pas être pressé pour faire le tour de la place (👎)!

4. Bas Pelleport

Rapide passage par la rue Belgrand, une redite de l’avenue Gambetta sans la montée : le large flux motorisé se dirigeant vers la Porte de Bagnolet n’est clairement pas compatible avec la fluette bande cyclable qui est bien trop souvent oubliée (👎). Nous faisons ici un crochet par le début de la rue Pelleport, à sens unique pour les voitures, double sens pour les bus/vélos et contenant une crèche collective. Le sens interdit est très peu respecté par les motorisés habitués du quartier, qui en profitent pour arriver à pleine vitesse ; le trottoir est fin et évidemment barriéré devant la crèche ; aucun espace sécurisé pour arriver à vélo et déposer ses enfants n’est disponible… (👎) Nous avons ici beaucoup parlé de solutions : contravention automatique au feu, interdiction de la circulation pendant les heures de dépose des enfants, chicane végétalisée permettant de donner plus de place aux enfants sortant de la crèche et à leurs parents, tout en ralentissant les voitures… (👍)

5. La montée vers la Place des Fêtes

On sollicite à nouveau nos mollets pour monter vers la place des Fêtes par la rue de la Chine, petite rue à sens unique pour les voitures, double sens vélos (dans le sens de la montée). Cette rue à faible trafic motorisé, prolongée par la rue Pixérécourt, permet d’atteindre la place des Fêtes avec beaucoup plus de sérénité que par les grands axes (rue Pelleport, rue des Pyrénées, maréchaux) même si la place dédiée à la bicyclette est trop insuffisante… du stationnement sur les 2 côtés est-il vraiment nécessaire ? Alors qu’une belle piste à double sens permettrait d’assurer un « itinéraire bis » vélo très agréable… (👍). Un gros point noir cependant : la voirie. Il vaut mieux se mettre en mode VTT pour la descente ! (👎)

6. Derrière Jourdain

Avant d’atteindre la Place des Fêtes, nous coupons vers Jourdain et passons derrière l’église. Nous voici dans une succession de petites rues très agréables, y compris le soir car elles sont bien éclairées pour les piétons (et donc pour les vélos) (👍). Le trafic est également calme ; on reparle d’itinéraire bis… par contre, il faut connaitre le coin ! A quand une signalétique « itinéraire vélo » dans les arrondissements moins touristiques ?

7. La descente de la rue Pradier

Pour commencer notre redescente, nous passons par la rue Pradier : c’est le pendant de la rue de la Chine mais avec le contre-sens cyclable dans le sens de la descente. Avec la pente raide, s’engager à contre-courant dans la petite bande cyclable fait peur surtout avec les phares des voitures qui grimpent dans l’autre sens (👎). Une séparation physique ne ferait pas de mal.

8. Les pavés de la rue de Belleville

On finalise notre descente par la rue de Belleville… et ses pavés magiques ! A déconseiller à toutes les personnes au dos fragile… ou aux sonnettes fatiguées (l’une de nous en a fait les frais hier soir) ; pour l’inclusion (notamment des personnes âgées), le revêtement aussi a son importance ! On sent ici la difficulté d’être une rue-frontière (entre le 10e et le 11e) pour la prise de décision !

9. Retour à République

No alt text provided for this image
Albane Godard, Marion Apaire, Lucile Ramackers et Christophe Najdovski pour cette première opération Vélodacieuse parisienne !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close